Histoire et démarche

Le Grain est une association de solidarité internationale, créée le 06 juillet 2007 à Perpignan, par quelques amis désireux de réunir les moyens matériels et humains destinés à aider toutes initiatives dans les domaines éducatif, sanitaire, social, culturel, sur le territoire du Burkina Faso.

Grâce à l’ONG Enfants du Monde, association amie, le Grain a pu nouer des contacts avec les représentants de l’éducation de base de Ouahigouya. Leur écoute, leur disponibilité, leur accompagnement ont décidé l'association a intervenir dans cette région.

En cohérence avec ses statuts, la première intervention a été la construction d’une école, dans le village de Tamsin, circonscription de Ouahigouya. Elle fut réalisée et inaugurée dès la première année d’existence de l'association.

Dès lors, fort de cette première expérience, le Grain décidait de poursuivre ses efforts en faveur des enfants et de la population de cette région.

Depuis, plusieurs réalisations sont à mettre à l’actif de l'association. Toutes dans la région de Ouahigouya, où ont été tissés des liens désormais solides avec plusieurs partenaires, et tout particulièrement avec plusieurs représentants de l’éducation de base : directeur provincial, inspecteur, conseiller pédagogique, enseignants.

Il convient de souligner la volonté affichée de continuer à intervenir dans cette seule région du Yatenga, dont le besoin est immense, et dont l'association apprécie tout particulièrement la qualité des femmes et des hommes qui ont été rencontrés.

Cette première réalisation se limitait à la construction d’une école et son équipement en mobilier ainsi que des latrines, ce qui semblait au regard de la création récente de l'association et de sa taille modeste une véritable gageure. Mais ce fut réalisé en un an seulement. Cette première expérience réussie a conforté l'organisation dans la poursuite d'actions avec une prise de conscience de deux problématiques supplémentaires : l’accès à l’eau et la sensibilisation des écoliers à l’hygiène.

Il a alors été décidé de creuser des puits prioritairement destinés aux écoliers mais également ouverts à la population et de bâtir des latrines si elles n’étaient pas déjà présentes, avec mission aux enseignants d’inciter les enfants à les utiliser.

D’autres actions, plus ponctuelles, ont été menées au cours des 7 premiers exercices, grâce à la mobilisation des membres du Grain, et aux dons reçus de nombreux donateurs français – particuliers, entreprises et fondations – et en coordination avec les partenaires burkinabés.